INVESTIR DANS LES SUPPORTS IMMOBILIERS
INVESTIR DANS LES SUPPORTS IMMOBILIERS

CIFOCOMA & CIFOCOMA2

CIFOCOMA et CIFOCOMA2 vont avoir à franchir des étapes importantes et édifiantes de leur vie sociale.
Pour leurs associés, l’objet majeur en sera la préservation des intérêts de leur épargne.
 
Afin d’en rendre compte, AIDESCPI poursuivra l’analyse attentive des évolutions qui interviendront.
Comme toujours, AIDESCPI est disponible pour échanger de manière utile avec quiconque le souhaiterait.

N'hésitez pas à nous joindre : aidescpi@laposte.net

=======================================================================                                                                                                                                

                                                                                                                                          7 mai 2017

Madame, Monsieur, 

 

A l’approche des Assemblées Générales du 1er juin 2016, le bilan des CS de CIFOCOMA et de CIFOCOMA2 et des communications auxquelles ils se livrent est à faire. Précédemment, des signaux contradictoires reposant sur des appréciations inexactes voire erronées ont été émis. L’éclairage des associés en a pâti.

 

De manière plus spécifique, dans CIFOCOMA2 sur un an, les encaissements sont en baisse de 7,4% et la distribution en baisse de près de 9%. Ce point est un motif aigu de préoccupation.

 

Il est inquiétant que certains contribuent à démanteler les protections dont bénéficient les associés et que les gérants de SCPI ne veulent plus voir… y compris celles qu’ils avaient eux-mêmes érigées.

 

Dans ce contexte, les rapports que les deux conseils de surveillance présenteront lors des Assemblées à venir devront être analysés point par point, afin d’assurer, si nécessaire, une information sincère et véritable.

 

On peut s’interroger sur les raisons qui ont incité une majorité des membres des C.S. à tenter de contrarier l’adoption de la résolution 3 inscrite par des associés vigilants, dévoués et diligents.

 

Il faut rappeler que cette résolution 3 se situait totalement hors du champ des observations de l’AMF et ne soulevait strictement aucun débat à cet égard.

 

Pourquoi priver les associés de cette importante protection ?

 

De petites SCPI protégées peuvent rester sûres et performantes ; de petites SCPI sans protection ne peuvent plus l’espérer.

 

Après scrutation des résultats, le sort de cette résolution 3 a été différent chez CIFOCOMA et chez CIFOCOMA2.

 

Dans CIFOCOMA2 la résolution 3 a obtenu plus de voix favorables que de voix défavorables, avec un niveau élevé d’abstention.

Ce dernier démontre le trouble d’associés sans doute insuffisamment informés.

Il faudra très probablement reprendre la proposition en expliquant davantage son intérêt.

 

Dans CIFOCOMA, la résolution 3 est largement adoptée ce qui place la SCPI dans un cadre plus favorable.

 

Les associés doivent rester conscients que lors d’une régression statutaire, les plus exposés sont les souscripteurs modestes, moins armés pour se défendre. Une participation au collectif des associés est le recours efficace pour assurer la préservation des intérêts de leur épargne. 

 

Ceci posé, il n’y a donc pas lieu d’appréhender plus que de raison l’avenir.

 

CIFOCOMA a le mieux réagi pour préserver ses acquis. Elle est aussi celle qui conserve les meilleurs résultats. Elle peut donc servir d’exemple à CIFOCOMA2 pour le futur.

 

Observons que l’autorisation statutaire d’opérations de promotion immobilière et d’investissement dans des biens immobiliers détenus indirectement constitue un considérable danger. Un danger que CIFOCOMA a conjuré.

 

Afin de préserver l’interdiction de ces opérations - surtout s’agissant de SCPI de la nature de CIFOCOMA et de CIFOCOMA2 - rien n’interdit aux associés les plus conscients des risques de poursuivre leur effort de pédagogie à destination d’autres associés moins aguerris.

 

Observons également qu’il y a peu d’incidence immédiate à ce que des conseils de surveillance tels que ceux actuels soient privés de capacités utiles puisque leur majorité s’avère incapable d’en tirer profit.

 

Aller jusqu’à recommander d’être privées de leurs propres capacités est révélateur.  

Une situation que l’on retrouve, hélas, dans d’autres SCPI où l’intérêt des associés est sacrifié par des conseils de surveillance dont les membres ne voient pas au-delà la ligne « jetons de présence » des comptes annuels.

 

Abordons pour conclure  une question pratique : la difficulté de toucher suffisamment vite les associés n’utilisant pas Internet.

 

La voie postale engendre des délais, des frais et une lourde tâche qu’il convient de partager ou d’atténuer. 

 

Pour les associés de SCPI, la régression des résultats et des valeurs se généralise aujourd’hui.

 

Pourtant, les associés qui la favorisent par ingénuité ou ignorance sont tout autant lésés que celles et ceux qui y résistent.

 

L’intérêt de tous est que les seconds persévèrent à tenter de convaincre les premiers.

 

C’est pourquoi nous vous invitons à vous montrer généreux en timbres postaux : en consacrer quelques-uns à favoriser une information large et loyale sera moins coûteux qu’une régression de valeur ou qu’une rigidification de l’épargne.

 

Or, toutes deux menacent si nous ne parvenons pas à préserver l’essentiel.

 

Bien cordialement,

 

AIDESCPI                                        aidescpi@laposte.net                         www.aidescpi.fr