INVESTIR DANS LES SUPPORTS IMMOBILIERS
INVESTIR DANS LES SUPPORTS IMMOBILIERS

COVID19 & AVID20

Après avoir réchappé du premier, comment ne pas se trouver victime expiatoire du second ?

 

Lequel pioche sans vergogne - et sans espoir de retour - dans les poches de l'épargnant candide ou mal instruit en lieu et place des grands organismes financiers - banques et/ou assurances ou encore fonds étrangers - qui gèrent ("gèrent" ?) son épargne.

Il convient tout d'abord de lire le document ci-après.

 

En s'y reprenant à trois fois.

 

Car cet éminnent organisme sait s'exprimer par couches superposées difficilement discernables.

 

Introduisant ainsi des nuances troublant les sens et ménageant des compréhensions multiples (une sorte de transposition à l'écrit de ce que le non moins éminent Léonard de Vinci appelait - dans sa langue chantante et imagée - le "sfumato")

Question1 : Quelles SCPI louent leurs locaux à des exploitants (des établissements) qui comportent moins de 10 salariés, à part les SCPI d eboutiques ?

Question2 : Le quatrième paragraphe - sans doute de loin le plus important de la lettre - ne doit-il pas être complété ?

 

“Il est clair qu’un abandon de loyers par une société de gestion de portefeuilles qui ne serait pas soigneusement
justifié serait perçu comme étant contraire à l’intérêt des associés de SCPI et porteurs de parts ou actionnaires
d’OPCI et serait donc probablement contesté, notamment par le conseil de surveillance de ces entités” ou par des associés agissant individuellement ou en groupe.

Question3 : N'est-il pas temps pour les associés de se grouper ?

 

Par exemple en nous retournant la pétition ci-après et en nous contactant sur aidescpi@orange.fr