INVESTIR DANS LES SUPPORTS IMMOBILIERS
INVESTIR DANS LES SUPPORTS IMMOBILIERS

Arrêtera-t-on le "progrès" ?

Trois tentatives de musèlement d'associés de SCPI ont récemment été initiées. Chacune des trois, d'un genre jamais vu jusque là et chacune sous une forme différente des deux autres.

 

Cela, dans l'indifférence - étonnante - du Régulateur (pour deux d'entre-elles), voire avec son soutien fervent (pour la troisième).

 

C'est dire si, aujourd'hui, dans le contexte de l'ordonnance AIFM de juillet 2013, ratifiée en janvier 2014, les SCPI sont un support d'épargne plus livré à lui-même que jamais.

 

Support qu'on pourrait désormais dire "dérégulé" ou "déréglé", donc dangereux.

 

Rien n'est pire en effet que de donner à croire à des épargnants non avertis qu'ils rejoignent un monde civilisé quand ils pénètrent en réalité une jungle jonchée de traquenards d'où ils ne pourront sortir qu'après de lourdes pertes.

 

Le faux-semblant, le trompe-l'oeil, la duplicité ont pris la forme de trainées de poudre.

 

Deux de ces tentatives ont d'ores et déjà débouché sur le terrain judiciaire. La troisième n'en est plus loin.

 

De quoi passionner "l'entomologiste" ou "l'astrophysicien" de ce support.

 

Ces trois tentatives et leurs conséquences vont durer : nous y reviendrons et développerons en temps utile les aspects édifiants.

 

A ce stade, nous ne pouvons que requérir de nos visiteurs une attention soutenue car elles seront très riches d'enseignements de toute sorte (et lourdement porteuses d'appauvrissement si elles ne sont pas réfutées ; le soutien des associés engagés est donc nécessaire et relève de la responsabilité bien comprise de tous les autres).

 

Observons que sont visées des SCPI de taille modeste non pénétrées véritablement par des entités relevant de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR).