INVESTIR DANS LES SUPPORTS IMMOBILIERS
INVESTIR DANS LES SUPPORTS IMMOBILIERS

Sérieux ? ou blague ?

A l'occasion de la réforme fiscale récemment présentée, 80% des retraités gagneraient en pouvoir d’achat.

 

Son principal vendeur vient d'affirmer que "Quand la réforme sera conduite, 80% des retraités gagneront du pouvoir d’achat. Et les retraités qui perdront du pouvoir d’achat, ce sera moins de 1% de pouvoir d’achat qu’ils perdront".

 

Qu'en sera-t-il ?

 

Pour 2,5 millions de retraités, la hausse de la CSG ne sera pas du tout compensée.

Pour 700 000, la compensation ne sera que partielle

Soit ensemble 3,2 millions de personnes - 20% des 16 millions de retraités français - pour lesquelles il n'y aura pas pas gain mais perte de pouvoir d'achat.

 

Cette première observation ne signigie aucunement que les 80% de retraités restants - 12,8 millions de personnes - seront gagnants.

 

Dans ce groupe figurent les 40% de retraités (la moitié du sous-groupe) non touchés par la hausse de la CSG mais qui ne devraient pas bénéficier non plus de la suppression de la taxe d’habitation.

Seront en ce cas ceux qui en sont déjà exonérés et ceux qui sont hébergés et ne la payent pas (famille ; maisons de retraite).

 

Le ministère des finances chiffrait dans une étude à deux tiers et pas à 80% le nombre de gagnants parmi les retraités. On peut y lire en effet que :

«Au total, compte tenu des effets combinés de la hausse de CSG et de la baisse de la taxe d’habitation, deux tiers des retraités seront gagnants nets à la politique fiscale du gouvernement d’ici à 2020».

 

Une autre affirmation soulève question. Celle soutenant que la perte de pouvoir d’achat serait inférieure à 1% pour ceux qui perdront.

 

Serait-ce une moyenne ? En ce cas, la généralisation n’a pas de sens puisu'il est aisé de trouver des cas où la baisse sera supérieure.

 

Un retraité gagnant 3 000 euros par mois verra la CSG augmenter de 1,7% et s’appliquer à tous ses revenus sans bénéficier d’une baisse de la taxe d’habitation. Il lui en coûtera 600 euros par an et une perte de pouvoir d’achat supérieure à 1%.

Si de plus son patrimoine n'est qu’immobilier, il ne bénéficiera pas non plus de la réforme de l’ISF car son IFI représentera le même montant qu'auparavant.