INVESTIR DANS LES SUPPORTS IMMOBILIERS
INVESTIR DANS LES SUPPORTS IMMOBILIERS

Illusionnisme

Mai 18.

 

Restera-t-il dans l'histoire ?

 

Les SCPI-salmigondis préconisent de mêler bureaux, commerces, parfois activités quand ce n'est pas habitations.

 

La plus notoire ayant une raison sociale commençant par un B, peut-il y avoir communauté de destin, à une initiale près ?

 

Ont elles vocation à devenir le dernier stade d'évolution de l'espèce ?

 

En mêlant la bonne eau et le bon vin en un breuvage qui reste à qualifier ?

 

Beaucoup sont sceptiques et les mieux lotis préfèrent éviter d'essayer.

 

Car prétendant par la dispersion diviser les risques, elles ne font que les multiplier.

 

Ce qui est sans importance et ne se voit pas quand tout va bien.

 

Ce qui saute aux yeux quand cela va moins bien.

 

La période dont les SCPI sortent leur a tout pardonné (y compris aux SCPI-salmigondis).

 

Mais désormais, celles-ci sont sous le feu de formes d'épargne de profil comparable, fiscalement beaucoup plus favorisées (**)

 

Car pour les raisons analysées par ailleurs, cette époque est terminée et ne reviendra pas de longtemps.

 

Aujourd'hui, les SCPI apparaissent comme des pyramides en équilibre sur la pointe.

 

Est-ce sain en général et est-ce sain en matière immobilière ?

 

Le comprendre et l'intégrer à ses raisonnements - pour dix ans ? davantage ? - ne serait-ce pas commencer à se mettre à l'abri tant qu'il est temps ?

 

Cependant, après avoir raisonné et compris, vient pour beaucoup le moment de la sortie.

 

C'est probablement ce que se sont dit un nombre croissant d'associés de celle-ci, au delà des tours d'illusionniste pratiqués par le conseil de surveillance depuis de nombreuses années (qui, admettons-le, lui réussissent à défaut de réussir aux associés).

 

Au 26 mai 18, près de neuf (9 !) fois plus de parts sont à vendre (sur les 5 ordres de vente positionnés les plus bas) que de parts à acheter (sur les 5 ordres d'achat positionnés les plus haut).

 

La "fameuse"  « expression directe » du conseil de surveillance (*), occupée à paraphraser des informations usuellement données par la société de gestion, n'en souffle mot.

 

Peut-être le conseil de surveillance préfère-t-il attendre que la proportion se déséquilibre davantage encore, ce qui est malheureusement probable dans la séquence qui s'ouvre.

 

Avant de proposer l'absorption de SCPI candides et dociles auxquelles participent des associés faciles à tromper.

 

Puisqu'ils l'ont déjà été.

 

Ce qui éclairerait l'occultation actuelle. 

 

*) Les visiteurs désireux de disposer du document pourront en adresser la demande. 

 

(**) Les SCPI sont éligibles à l'IFI et ne bénéficient pas du PFU.