INVESTIR DANS LES SUPPORTS IMMOBILIERS
INVESTIR DANS LES SUPPORTS IMMOBILIERS

CILOGER HABITAT2

25ssemblée Générale du 21 juin 2019 :

 
Analyse AIDESCPI :


Oui : 1 ; 2 ; 4 ; 5 ; 6 ; 9 ; 10 ; 11

 

Non : 3 ; 8

 

Abstention : 7

 

Une élection de trois membres du Conseil de surveillance figure à l’ordre du jour. Il y a onze candidats, un nombre inhabituel dans cette SCPI et on note avec une surprise mélée de désapprobation que trois candidats possèdent une seule part, qu’un candidat en possède trois et qu’une habituée des conseils de surveillance en possède cinq, ce qui ne semble aucunement réduire la tentation.

 

Pas davantage que celle d'un des candidats qui semble se présenter en famille.

Ce candidat cumule déjà 26 mandats de membre d'un conseil de surveillance, sans parler du nombre de titres de président, vice-président ou secrétaire de ces conseils, avec jetons de présence majorés jusqu'au double !

 

Pourtant la satiété n'est pas atteinte à en juger le nombre de candidatures complémentaires de la même personne.

 

Quel revenu annuel ces mandats représentent-ils ? Combien d'heures comportent les journées et de jours les années de personnes qui adoptent ce comportement ? Qui élit ces personne et à quelles fins ?

 

Il faut bien que les voix se trouvent quelque part : dans quels blocs et dans quel intérêt ?

 

Stupéfiant !

 

La résolution de tels excès devrait être d’ordre règlementaire en limitant par exemple les cumuls à 5 mandats, le plus récent en excès étant réputé cesser à effet immédiat.

 

Ceci posé, d’où vient un pareil engouement ?

 

Après une première période de trois exercices (2011 à 2013), durant laquelle CILOGER HABITAT2  a  collecté des capitaux et constitué son patrimoine, la réglementation prévoit que les membres initiaux du Conseil de surveillance, choisis parmi les associés fondateurs, cèdent leur place à de nouveaux élus choisis parmi les souscripteurs.

 

C’est ainsi qu’en juin 2014 ont été élus :

 

– Monsieur Jean-Luc BRONSART, propriétaire de 36

– Monsieur Jean-Pierre BARBELIN, propriétaire de 13 parts

– Monsieur Bernard GOMEZ RUIZ, propriétaire de 114 parts,

– Monsieur Serge BLANC, propriétaire de 5 parts,

– Monsieur Eric FREUDENREICH, propriétaire de 1 part,

– Monsieur Stéphane CUBER, propriétaire de 75 parts,

– Monsieur Georges PUPIER, propriétaire de 20 parts,

– Monsieur Christian BOUTHIE, propriétaire de 5 parts

(Depuis 2017, Madame Marie-José DUTERTRE a remplacé M. Georges PUPIER et depuis 2018 s’est ajouté un 9e membre M. Didier THOMAS).

 

Les jetons de présence pour les membres de ce conseil de surveillance s’élevaient jusqu’à présent à 15.000 €.

A l’occasion de l’Assemblée Générale du  13 juin 2019  est proposée la 8e résolution aux porteurs de parts :  « L'Assemblée Générale statuant aux conditions de quorum et de majorité des assemblées générales ordinaires, décide de fixer la somme annuelle allouée aux membres du Conseil de Surveillance, en rémunération de leurs activités, à 22 500 euros à compter de l’exercice 2019 ».

   è Soit la bagatelle d’une augmentation de 50 % ! 

Cela expliquerait-il la cohue pour rafler les trois postes à pourvoir ?

 

Sont candidats :

 

Monsieur Patrick BETTIN (C) , propriétaire de 1 parts,

Monsieur Bernard BOURDEL (C) , propriétaire de 334 parts,

Monsieur Guillaume DELBECQ (C) , propriétaire de 3 parts,

Madame Patricia GRISOT (C) , propriétaire de 1 parts,

Madame Hélène KARSENTY (C) , propriétaire de 5 parts,

Monsieur Patrick KONTZ (C) , propriétaire de 51 parts,

Madame Sandrine KONTZ (C) , propriétaire de 34 parts,

Monsieur Georges PUPIER (C) , propriétaire de 20 parts,

Monsieur Aurélien ROL (C) , propriétaire de 1 parts,

Monsieur Patrick SAMAMA (C) , propriétaire de 25 parts,

Monsieur Stéphane TADYSZAK (C) , propriétaire de 50 parts.

 

Les motifs d'en écarter sept semblent quasi-évidents afin de ne pas encourager certains comportements. Ce qui ne laisse selon nous que quatre possibles pour trois places. Mais il revient évidemment aux associés de trancher.

 

Les avis relatifs à cette SCPI d'habitation n'ont pas de raison de différer aujourd'hui de ceux relatifs aux membres de la "famille" (ou de la "série").  Il faudrait être aveugle pour ne pas identifier un sujet d'oligarchie (voire de népotisme) et de consanguinité (au réel comme au virtuel)

Les réseaux sociaux le permettant, les souscripteurs vont immanquablement se saisir de la situation.

 

Si vous souhaitez savoir dans quelles SCPI siège un membre de conseil de surveillance, si plus largement vous souhaitez échanger avec nous, merci de bien vouloir utiliser l’adresse suivante : aidescpi@laposte.net et/ou la rubrique CONTACT.

 

Excellente Assemblée Générale.