INVESTIR DANS LES SUPPORTS IMMOBILIERS
INVESTIR DANS LES SUPPORTS IMMOBILIERS

La simple lecture suffit pour être fixé !

Est visé le message d'avril 2018 du conseil de surveillance.

 

Un long commentaire semble inutile, qui ne pourrait que paraître moqueur et, dès lors, cruel s'agissant d'un conseil.

Les camelots parlent en général un meilleur français et ne vont pas aussi loin dans les épithètes (assemblées au prix d'un labeur non dénué de poésie dans le document publié par la société de gestion avec le dernier BTI du Patrimoine Foncier).

 

Les auteurs ne sont probablement pas des personnes rouées (à quelques-unes près, à l'examen de la liste fournie). Simplement infatuées et sans doute dépassées par le problème du "troisième immeuble" (qui pèse bon poids dans le patrimoine).

 

Elles se souviennent sans doute - les associés aussi - qu'elles en ont chaudement recommandé l'acquisition pour y loger, après de lourds travaux, une école dont les besoins spécifiques attristent le propriétaire quand le locataire s'en va.

 

Ce que résume en gros le document ci-après : aux associés de payer après coup l'erreur commise.

Non sans ajouter un indice d'immixtion dans la gestion : ".... nous a obligés à diminuer la distribution .... avec effet rétroactif ....".

 

Merci pour les associés qui ont contracté des crédits.

 

Se consoleront-ils en savourant le morceau de bravoure que constitue la formulation ?

 

Ne devraient-ils pas, à tout le moins et pour le principe, envisager la suppression sine die de jetons de présence immérités ?

 

L'avenir va inéluctablement le dire.