INVESTIR DANS LES SUPPORTS IMMOBILIERS
INVESTIR DANS LES SUPPORTS IMMOBILIERS

UNIDELTA

Au cours de notre lecture du rapport annuel 2015 (Assemblée 2016), nous avons noté les éléments suivants :

Quelques points appellent l'attention.
 
Dans une période telle que celle que nous traversons, le taux d’occupation financier n’est pas trop défavorable, à 91%.

Beaucoup de SCPI d'âge, de taille et de profil comparable font moins bien, sur la crête des 86%. Ces 5% d’écart sont une différence considérable, s'agissant de ce critère important.
Néanmoins, la ville d’Aix-en-Provence semble fortement représentée dans le patrimoine, ce qui, en matière de bureaux n'est pas forcément judicieux.
  
En revanche, le résultat par part a baissé de près de 15% depuis 5 ans, ce qui signe une dégradation marquée de la qualité des baux et donc probablement une médiocrité des arbitrages.

C'est un mauvais point car l'effet en tendance est durable et cumulatif.

Ce mauvais point n'est pas imputable qu'au gérant mais surtout au conseil de surveillance.

 

Autre mauvais point pour le conseil de surveillance : la fin de la résolution 4 qui propose de rémunérer d’autant plus le gérant que ce dernier achète cher lors des arbitrages : une rémunération en pourcentage du prix d'achat s'effectue forcément au détriment des associés (elle est en revanche favorable s'agissant des ventes).

 

Au bilan, le conseil gagnerait à s'affranchir de membres affectionnant le cumul.
 

La rectification de ces points devrait favoriser l'amélioration des résultats.